Ce pays oublie sa jeunesse

Nous avons 22 ans, 25 ans, 23 ans, 19 ans, 27 ans, 18 ans, 21, 24 et 26. L’une de nous a eu 20 ans la semaine dernière, derrière les portes closes de ce théâtre. Et combien d’autres ont fêté et fêteront leurs 20 ans seul-e-s ?

Un texte écrit par les élèves-occupant-e-s du Théâtre National de Strasbourg, lu et mis en musique le vendredi 16 avril, Place Saint-Vincent à Chalon-sur-Saône.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *